1

3

2

4

PAGE 68

La phase expiratoire

Chaque cycle respiratoire amène le patient à prendre le volume courant fonctionnel, qu il pourra déplacer vers les zones ciblées.

C est dès le début de ce soupir de relâchement, que le patient déclenche le Simeox et qu il perçoit pendant toute la durée de son expiration, les dépressions responsables de la modification de la rhéologie de son mucus, permettant son transport.

Pour ne pas perturber l action du Simeox sur la viscosité des sécrétions, le patient ne doit en aucun cas souffler dans l appareil. En effet, les pressions négatives ponctuelles générées par l appareil sont fortement atténuées par une expiration active.

Elle ne doit être en aucun cas forcée, mais tout au contraire réalisée comme un soupir, glotte ouverte, capable de générer une vitesse élevée de l écoulement de l air dans les territoires ciblés sans résistance surajoutée.

Une expiration trop longue ou poussée risque de déclencher une toux prématurée, de même qu une inspiration trop forte ou brutale.

Lors des premières utilisations, le patient peut percevoir les vibrations dans la bouche et dans le nez. Elles disparaitront au bénéfice des vibrations bronchiques après quelques séances d apprentissage.